SE SOUVENIR

Ce projet de diplôme explore la mémoire sensorielle dans le contexte de la maladie d’Alzheimer. Il nous permet de nous interroger, par le biais de trois objets, sur la perception de notre mémoire par les sens, dans les espaces de vie et de déambulation des établissements spécialisés.

Il s’agit de susciter le souvenir chez les patients, pour les replonger dans leur propre histoire, et ainsi recréer un dialogue entre ces derniers, leur famille et les soignants.

PLAFONNIER

Dans la maladie d’Alzheimer, la désorientation spatio-temporelle apparaît rapidement. La déstructuration de la notion du temps est l’une des principales sources de désorientation et de perte d’emprise sur le réel de la personne ayant des troubles cognitifs.

L’organisation des établissements spécialisés sépare les temps forts de la journée par repas et activités, mais il reste cependant complexe pour les malades d’apprécier la mesure du temps écoulé au cours d’une journée.

Je m’intéresse à cette matérialisation du temps qui passe à l’intérieur de l’espace de la chambre. Il ne doit pas être juste rythmé par des soins, cela doit être aussi un témoignage du temps qui se déroule pendant la journée, de manière sensible et appropriée pour la personne.

J’imagine l’installation d’une horloge reproduisant le rythme du temps en accord avec le temps réel météorologique qui évolue à l’extérieur de la structure de l’ hôpital.

Ce dispositif recréerait une variation de couleurs évoluant au cours de la journée, inondant l’espace et permettant de créer des rythmes distincts, évolutifs et faciles à discerner entre les moments du jour et de la nuit.

A
_19A94610718.jpg
_19A94520718
kakemono plafonnier.png

SIGNALÉTIQUE SENSORIELLE

Les espaces de vie et de déambulation des établissements spécialisés me frappent par leur froideur, leur côté aseptisé, alors qu’ils devraient normalement être des lieux de vie chaleureux et non des endroits évoquant les soins.

C’est en déambulant des heures durant, tels des fantômes, que les résidents ne peuvent en aucun cas s’approprier des espaces trouver des repères qui pourraient les aider à se rassurer et à mieux comprendre la symbolique des lieux.

J’imagine alors une balade sensorielle et visuelle dans l’espace de circulation pour stimuler les sens et la mémoire émotionnelle.
Elle serait incarnée par une signalétique vivante permettant d’éveiller l’esprit de la personne, par des éléments la faisant sortir de l’univers habituel des lieux de soin.

Le dispositif comprend un pico-projecteur pour l’image et des vibreurs pour le son, disposés dans un disque fin qui est mis en rotation autour d’une rotule sur un axe tombant du plafond et qui s’oriente aussi simplement que l’on en a envie.

B
C
DSC_9225
kakemono signalétique

ESPACE SENSORIEL

Comment l’identité peut-elle survivre dans la perte d’autonomie ? La valorisation de son identité conditionne le bien-vivre du malade, son estime personnelle, mais aussi les répercussions de celle-ci sur l’entourage.

Immerger la personne dans un contexte à la fois visuel et sonore pour plonger complètement les personnes dans des atmosphères qui leur soient familières, des lieux à souvenirs et qui leur permettraient d’avoir des échanges avec leur proches ou avec les soignants.

L’idée est d’envisager un lieu de partage à l’évocation de ses souvenirs, un espace pour re-plonger la personne dans son propre univers, dans son passé. Un espace de repos et d’apaisement, une cloison sensible qui permette d’isoler les personnes, toutes seules ou avec leur famille, et qui devienne un lieu-repère personnel d’intimité et d’apaisement, un lieu de séparation dans l’espace commun souvent trop grand.

Cet espace est constitué d’une superposition des couches de textile transparent pour arriver à une image en mouvement qui devient volume ou relief une fois qu’elle traverse les multiples surfaces.

On n’ est pas face à une image mais bien dans la sensation d’être plongé dans l’atmosphère d’un lieu.

D
_19A94160718.jpg
_19A94310718.jpg
kakemono espace voilage
_19A94200718.jpg
_19A94230718.jpg
219A95200718.jpg

APPLICATION

Si tous les objets sont avant tout tournés vers le quotidien des patients dans l’hôpital, ces 3 objets sont aussi des outils au quotidien pour mieux connaître les patients, discuter avec eux, mieux les comprendre et les apaiser.

Les 3 objets sont directement liés à une application permettant de gérer pour les soignants le choix du contenu diffusé de chacun des objets.

Mieux connaître les patients, discuter avec eux, recréer un lien social entre les soignants et les patients.

Capture d_écran 2017-08-28 à 18.59.26
Capture d_écran 2017-08-28 à 19.01.04

RECHERCHES DOCUMENTAIRES PRÉALABLES

Publicités